Semaine du 13 au 19 novembre : Quatre jours plus tard

Jour 1 :

Mon nom est Dr. Scrave N. Pouic. On m’a assigné au projet d’étude breizhmahjong.fr. Je consignerai ici mes observations sur le phénomène, y compris mes conditions de recherche. D’un premier abord, le défi semble irréaliste. Beaucoup diraient que les spécimens ne sont pas des sujets d’étude mais des dangers publics dont il vaudrait mieux se débarrasser avant que cela tourne mal. Mes indices sur le phénomène sont maigres. Quoiqu’aient pu faire mes prédécesseurs, ils ont réussi à rassembler plusieurs dizaines de spécimens et à les enfermer le dimanche dans une salle de l’ICB (Institut Confucius de Bretagne). J’ai assez de latitude pour me mettre au travail dès maintenant.

Jour 2 :

Les conditions physique et mentale générales des spécimens sont déplorables. Je n’obtiendrai plus grand chose des tests psychologiques au point où nous en sommes. Des borborygmes comme «richiitude» ou «richiitapludsoutsumo» sont imperméables pour un esprit sain et le resteront probablement toujours. Mon hypothèse de travail est qu’il m’est possible de modifier ces conditions via les interactions physiques et sociales. Aussi incroyable que cela puisse sembler, les sujets que j’appelle familièrement jongistes suivent des rites sociaux formels et usent même de proto-outils d’organisation systémique de ces rites. Fascinant. J’en ai relevé plusieurs types :

  • Celui que j’ai appelé BMJ18-11 code «Zoutch» qui opère des rendez-vous réguliers.
  • Celui que j’ai appelé le sondage qui peut avoir une fonction de prévision et de rétrocontrôle sur ces rendez-vous.
  • Celui que j’ai appelé ATT2018 qui décrit une sorte de grande transhumance.

Tout cela suggère que le comportement des jongistes est peut-être moins dicté par l’instinct qu’on l’aurait pensé a priori. (J’ai néanmoins des doutes sur le spécimen Maneki, le spécimen Tendou et le spécimen Scravenpouic.) 

Jour 3 :

Dans le but de comprendre ces créatures, il me faut explorer le spectre complet de leurs réponses émotionnelles. Je crois que leur état mental est la clef d’une éventuelle solution. Je ne crois pas à un remède. Je suis plutôt après un moyen de les contrôler. Je dois aussi être vigilant avec mon propre état mental. Je n’ai pas vraiment dormi depuis que nous avons mis les pieds dans ce labo. Il y a tellement de travail devant nous !

Jour 4 :

Nos rapports d’observation révèlent qu’un changement est amorcé dans la hiérarchie du groupe témoin. Nous serions en train de passer de l’ère de Yuyu à l’ère d’Aradia. Je crois que notre action impacte leur organisation. Angélo, le spécimen alpha, se plaint des méchants face à la réussite du spécimen Yxsys aux tests d’adaptation en milieu compétitif que nous avons mis en place. J’ai résolu d’enclencher le protocole Nietzsche. Il est à l’isolement pendant que mes assistants lui balancent des exemplaires de Généalogie de la morale dans la tête. Ça semble peu efficace. Il nous demande nos cotisations. Allez savoir ce qu’il veut dire ! Tenter de communiquer directement avec ces créatures est peine perdue. Avoir à gérer ces situations de crise ralentit mes recherches. Le travail prend du retard. Par ailleurs, il apparaît clair que tous les sujets entretiennent une sorte de fétichisme à l’égard de petits objets présentant des caractéristiques commune avec le domino. En prenant toutes les précautions possibles, je devrais étudier ces idoles. Elles pourraient être la source du virus.

Jour 5 :

Elles m’ont mordu. Bon sang ! J’aurais dû m’intéresser plus tôt au matériel génétique. La solution est dans la couche protéique qui entoure les cellules de la 117ème tuile. Elle contient de la doradorase. Je ne crois pas que j’aurais le temps de trouver un antid… aaaaargggh ! UUUuuurggggh ! AaaAAAahhhh ! Tsumo !

Nightofzelivingtuile

2 réflexions sur “Semaine du 13 au 19 novembre : Quatre jours plus tard

Laisser un commentaire